+ 33 (0) 6 81 41 67 98 - JC Marcus contact@cppes.org

La dégradation des sols n’est pas un problème isolé : elle affecte de multiples régions et de nombreux habitants du monde. Elle altère la production de nourriture, la qualité de l’eau (…) et lorsque la terre se dégrade, souvent les gens migrent », a déclaré à l’AFP le scientifique Robert Watson, à la veille de la révélation de cette vaste enquête. Ce rapport a été réalisé par une centaine de chercheurs bénévoles de 45 pays pour le compte de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).

La dégradation des sols, qui fait partie de cet inquiétant panorama, peut se traduire par le fait qu' »il n’y a plus de terres cultivables et donc une perte des moyens de subsistance », a ajouté M. Watson, président de ce groupe international. L’IPBES, créée en 2012 à l’initiative de l’ONU et qui compte aujourd’hui 129 pays membres, a déjà rendu vendredi 24 mars un diagnostic inquiétant sur l’état de la biodiversité de la planète, surexploitée par les humains qui menacent leur propre bien-être en provoquant le déclin de la faune et de la flore. Des scientifiques et décideurs de 116 pays de l’IPBES, réunis à huis clos pendant toute la semaine à Medellin, en Colombie, ont tiré la sonnette d’alarme sur les risques d’une extinction massive des espèces, la première depuis la disparition des dinosaures, la première provoquée par les humains et leurs abus.

Sciences et Avenir avec AFP le 26.03.2018

Aller à la barre d’outils