+ 33 (0) 6 81 41 67 98 - JC Marcus contact@cppes.org
logo cppes

Pourquoi s’intéresser aux sols agricoles, à leur santé, à leur fertilité ?

Les sols contiennent 25% de la biodiversité mondiale. Par leur couvert végétal, ils déterminent nos paysages, le dynamisme de notre système agricole, la qualité de notre nourriture. Ce sont, avec les océans, les principaux puits de carbone qui permettent de réguler le changement climatique. Ils sont au coeur de l’activité économique.

cppes
cppes
cppes
cppes

Etudier & Protéger les sols

De la compréhension

à la recommandation

 

L’amélioration des connaissances pédologiques est telle qu’il n’est plus envisageable d’ignorer que
les sols jouent un rôle clé dans le maintien de la qualité de l’environnement.

Nous disposons désormais des outils nécessaires à la compréhension du fonctionnement si complexe des sols et il importe de
donner à ce progrès de la science la visibilité qui lui est due.

Grâce à la compréhension que nous avons de ce milieu vivant, nous sommes désormais en mesure de créer un droit qui intègre sa vulnérabilité et qui garde à l’esprit qu’il ne peut plus être considéré comme une ressource renouvelable à l’échelle d’une vie humaine mais qu’il est un patrimoine à protéger impérativement.

protéger les sols

POURQUOI UN CLUB PARLEMENTAIRE ?

La protection des sols est un enjeu actuel mais les premières alertes ont été lancées au début des années 1970. Déjà le Conseil de l’Europe appelait à un renouveau du droit.
Le Club Parlementaire pour la Protection et l’Etude des Sols (CPPES) est unoutil nécessaire à l’amélioration du cadre actuel de prise en compte des sols. Souvent oubliés, indirectement pris en compte, les sols en tant que milieu naturel sont absents du droit et cette absence contraste avec leur quasi omniprésence physique.

C’est pourquoi la mission du CPPES est primordiale en ce qu’elle permettra que les intérêts liés à la protection et à la préservation des sols soient défendus.

Des approches réalistes

Pour un développement durable

 

Le processus de dégradation dans lequel les sols sont engagés conduit à une raréfaction croissante de la ressource. Dans la perspective où la vie humaine est intrinsèquement dépendante des sols, il appartient au CPPES de prôner des approches réalistes pour un développement durable, c’est-à-dire qui rationnalisent l’utilisation et l’affectation des sols à l’échelle nationale et internationale.

Les obstacles juridiques habituellement avancés pour diminuer l’ambition d’une meilleure prise en compte des sols ne sont pas insurmontables. L’intérêt général qui réside dans la protection des sols, au même titre que l’intérêt général de la protection des milieux telle que le Code de l’environnement le proclame, sont des motifs aptes à les dépasser.

cppes-idee

POURQUOI LES SOLS ?

Le Parlement Européen, dans sa résolution relative à l’élaboration de la position de l’Union européenne en vue de la conférence de Rio +20, a déclaré que « les sols sont une ressource rareleur dégradation et leur réaffectation nécessitent une réponse à l’échelle mondiale ».

La dégradation des sols doit désormais être considérée à l’échelle internationale sous l’angle d’une thématique sécuritaire qui, si elle se poursuivait, risquerait de prendre une dimension guerrière. A la suite de travaux menés par le comité attaché à la Convention sur la lutte contre la désertification, a émergé le concept de sécurité du sol qui véhicule l’idée suivant laquelle l’ensemble des sols, et non plus seulement les sols affectés à une activité de production alimentaire, doit être préservé. Le bien-être de l’humanité en dépend.

Stocker le carbone pour

répondre au changement climatique

 

 

La gestion quantitative des terres importe tout autant que leur gestion qualitative. Les sols rendent à l’homme de multiples services écosystémiques et nombre d’entre eux contribuent à la lutte contre les changements climatiques. Inversement, leur dégradation aggrave ce phénomène.

Tout d’abord, les sols sont un puits de carbone, mais leur retournement libère dans l’atmosphère une quantité considérable de gaz à effet de serre. Aussi, il est nécessaire et envisageable de développer et de systématiser les éléments de reconnaissance juridique des fonctions de stockage de carbone des sols tels que le protocole de Kyoto mais aussi le régime des biocarburants le prévoient. Ils aspirent en effet à préserver certaines terres d’une mise en culture en raison de leurs qualités particulières. C’est le cas des zones humides par exemple. Ensuite, une meilleure gestion des sols, par l’agriculture notamment, permettrait d’améliorer leur capacité de stockage. En cela, les sols deviennent un allié incontournable pour le climat.

cppes sols fertiles

RETROUVER LES CONDITIONS POUR UN

DEVELOPPEMENT SOUTENABLE

Redonnons vie à nos sols, pour qu’ils continuent de nous faire vivre.

logo cppes

Aller à la barre d’outils